- Avis de décès : la Poste nous a quittés

Bakchich a la douleur de vous faire part du décès du statut public de la Poste lors d’un dernier vote ce mardi à l’Assemblée nationale, issu des travaux de la Commission mixte paritaire.



     C'est avec une grande tristesse
que l’Assemblée Nationale et le Sénat ont appris
la tragique disparition de la Poste des suites d’une très longue maladie ce mardi 12 janvier 2010

jpg testamentlaposte-37135



     Les obsèques se sont déroulées dans l’intimité des bancs de l’hémicycle, à Paris 7ème, au Palais Bourbon suite à la crémation de son statut de Service Public.


     Les cendres reposent désormais au colombarium des entreprises privatisées disparues avant elle telles que France Telecom, EDF-GDF et le Crédit Lyonnais.


     Agée de plus de 400 ans, l’entreprise accumulait une dette en 2008 aux alentours de 6 milliards d’euros et se préparait à subir la concurrence de toutes ses activités de ses voisins européens à partir du 1er janvier 2011

     Un dernier hommage lui avait déjà été rendu en septembre dernier par plus de 2 millions de citoyens anonymes lors d’un référendum populaire.


     Outre son remarquable développement depuis 1476, date de la création des premiers relais de Poste par Louis XI, la communauté française qui compte aujourd’hui plus de 11 millions de comptes bancaires souhaitait saluer le parcours de l’établissement public devenu en ce jour Société Anonyme (SA).


     C’est peu dire que l’évolution de La Poste a suivi et épousé les tumultes de notre Histoire nationale.

Pendant la Révolution Française, la Poste passe sous l’égide de l’Etat et les directeurs des postes sont élus. En 1830 est mis en place un premier service rural desservi par des facteurs tous les deux jours. Ils sont alors plus de 5 000 rémunérés au kilomètre. C’est seulement en 1893 que les facteurs sont autorisés à prendre un jour de congé par mois. Lors de la Commune en 1870, la carte postale fait son apparition. Une décennie plus tard, l’Administration des Télégraphes jusqu’alors sous tutelle du ministre de l’Intérieur, fusionne avec celles des postes. C’est au cours du XX siècle que l’entreprise jouit d’une réussite professionnelle par la conquête du ciel et les tournées rurales en 2 cv Citroën dès 1952.

    
     L’entreprise est frappée d’une terrible maladie en 1997 par la première directive postale européenne qui pose le principe de l’ouverture progressive à la concurrence du marché du courrier qu’elle peine à appliquer. Après un passage au service de réanimation des entreprises publiques en difficulté, les médecins, en accord avec la famille libérale, ont décidé de ne pas poursuivre l’acharnement thérapeutique.

     L’établissement public passe l’arme à droite début 2010 dans le dénuement le plus total sans le soutien de ses parlementaires.


La Poste est décédée le 12 janvier à 15h.


Cet avis tient lieu de faire-part et de remerciements.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :